Paracha Vayera, la supériorité de l’homme sur l’ange. Par Rav Raphaël Bloch.

Paracha Veyera, la supériorité de l’homme sur l’ange. Par Rav Raphaël Bloch.

 

 

 

Dans le traité Chabbat 127a, Rav Yehouda nous enseigne au nom de Rav:

L’hospitalité est plus grande encore que le fait d’accueillir la présence divine ainsi que nous voyons à propos d’Abraham, dans ce verset : Genèse chapitre 18, verset 3 : « Il dit : Hachem, si j’ai trouvé grâce à Tes yeux, ne T’en va pas s’il Te plaît de chez Ton serviteur. »

Abraham fait donc ‘’attendre’’ la Shehina pour recevoir des invités, des voyageurs. Indépendamment du sens même de cet enseignement, il nous faut comprendre pourquoi ce contexte s’y prête-t-il particulièrement.

Nous sommes, d’après nos Sages, au troisième jour de la circoncision d’Abraham et les voyageurs en cause sont des anges qui ont mission pour l’un d’annoncer la naissance d’Isaac, pour l’autre de détruire Sodome, et pour le troisième de guérir Abraham.

Dans ce chapitre, pourtant, le texte de la Torah les appelle ‘’hommes’’ alors que dans le chapitre qui traite de la destruction de Sodome ils seront appelés ‘’anges’’ dans un premier temps.

Une des explications du Midrash Rabba rapportée par Rachi consiste à établir un rapport différent selon qu’il s’agisse de Loth ou d’Abraham. Telle était la force d’Abraham, qui voyait souvent des anges, si bien que le verset les appelle : ‘’hommes’’. Or, précisément, nous trouvons à propos du rapport entre Abraham et les anges, deux expressions contradictoires. D’abord au chapitre 18 verset 2 : « Il vit trois hommes qui étaient debout ‘’sur lui’’ » alors qu’au verset 8: « il disposa devant eux [les plats préparés] et il se tenait ‘’sur eux’’ sous l’arbre et ils mangèrent. »

Le Midrash Rabba répond ainsi : avant qu’il ne remplisse son obligation envers eux, ils étaient au-dessus de lui mais après cela, les anges étaient pétris de crainte envers Abraham.

C’est donc l’hospitalité d’Abraham qui change définitivement la hiérarchie entre l’Homme et l’Ange et non pas comme nous aurions pu le croire, la circoncision qui est pourtant l’alliance entre l’Homme et D...

Pour mieux comprendre cela, revenons au premier verset de notre Paracha verset 1 : « et D... lui apparut dans la plaine de Mamre, et il était assis à la porte de la tente à la chaleur du jour. » Rachi rapporte le Midrash Rabba : « Abraham veut se lever et D... lui dit : reste assis et Moi Je Me tiendrai debout et ce sera un signe pour les enfants d’Israel que Je Me tiendrai debout avec les juges alors même qu’ils siégeront... »

Mais que vient faire ici cet enseignement qui semble sorti du contexte ?

Le Maharal explique de la manière suivante : D... ne siège pas dans ce monde d’ici-bas c’est pourquoi Il est debout alors que les juges eux siègent dans la réalité qui est la nôtre ; mais il y a la circoncision qui est une alliance d’amour et c’est une démonstration d’amour que de venir se trouver aux côtés de celui qu’on aime.

La difficulté du destin humain est de se rapprocher de son Créateur non pas en se détachant de sa corporalité mais en accomplissant dans ce monde, dans cette réalité matérielle, le message divin.

C’est alors que l’homme est supérieur à l’ange qui n’est pas confronté à cette problématique et on comprend mieux ce texte du traité Chabbat.