En quoi le Shabbat nous sauve de ne pas être des machines